NOUVEAUX HORAIRES !

Lundi : 17H00 -21H00 Mardi - mercredi : 11H00 - 19H30 - du jeudi au samedi 11H00 - 21H00

Bien choisir son Champagne
Drapeau-en Drapeau-fr

INTERVIEW VIGNERON :JEAN-PIERRE VAZART , CHAMPAGNE VAZART - COQUART

Pendant cette période de confinement, on prend des nouvelles de tout le monde et nous n’oublions pas la grande famille Dilettantes !

Crédit M.Boudot

Découvrez chaque jour, un portrait d’un de nos vignerons.

Mercredi 1er avril, nous nous sommes donné rendez-vous avec Jean-Pierre Vazart, vigneron du domaine Vazart-Coquart pour une petite interview téléphonique :

  • Bonjour Jean-Pierre ! Pouvez-vous vous présenter et présenter votre domaine pour nos lecteurs ?

« Je suis Jean-Pierre Vazart, 3ème génération de vignerons du Domaine Vazart-Coquart. Je suis d’abord issu d’une famille d’agriculteur, mon grand-père était cultivateur avec un peu de vignes mais c’est surtout mon père qui a développé la partie viticole ave mon oncle et mon grand-père quand il a repris le domaine. La première récolte a eu lieu en 1954 mais c’est dans les années 80 que le champagne Vazart-Coquart s’est surtout fait connaître.

Aujourd’hui nos vignes s’étendent sur 11,20 hectares plantés à 95% de chardonnay.

Mon père a planté un peu de pinot noir dans les années 80 car il souhaitait être complètement indépendant en partie pour produire notre cuvée rosée. Toutes nos vignes sont situées à Chouilly, c’est LE terroir de la famille et il est important pour nous, encore aujourd’hui, de perpétuer cet héritage !

Nous produisons 60 000 à 70 000 bouteilles par an. »

  • Vigneron, c’était une vocation pour vous, comment s’est passé la reprise du domaine familial ?

« Complètement ! Après un BAC C, scientifique à l’époque, je suis allez au lycée viticole d’Avize pour faire un BTS agricole viticulture et œnologie et après l’armée, j’ai intégré directement le domaine familial. »

crédit: M Boudot
  • Quelle est votre ligne de conduite en viticulture et à la cave ?

 

« Au début, le domaine était en viticulture conventionnel mais mon père est un des pionniers de la viticulture raisonnée en Champagne (même si à l’époque nous n’utilisions pas encore ce terme !)

Quand j’ai repris le domaine, on a recommencé à enherber nos vignes et à arrêter les herbicides. En 2012, grand tournant pour nous, nous avons été certifié HVE (haute valeur environnemental), on était les 3ème certifiés HVE en France, » il rigole « on était des bizuts pour vérifier si ça fonctionnait ! et ça à fonctionné !"  Ensuite, progressivement est venu l’embryon d’idée du bio et en 2017 on a commencé la conversion. Si tout va bien les premiers vins bios c’est cette année !

Au niveau de la vinification, il est important pour nous de travailler en cuves inox car on veut que les chardonnays expriment le terroir de Chouilly à 100% et l’inox c’est neutre donc nickel !

crédit :M Boudot

Mon père a beaucoup utilisé le bois a l’époque, c’était la mode, donc au bout d’un moment il en a eu ras-le-bol, d’où ce retour à l’inox.

Le terroir de Chouilly s’exprime bien et on ne veut pas le cacher avec autre chose.

Après s’il y a bien une chose que j’ai appris dans ce métier c’est ne jamais dire jamais, je reste ouvert à toute évolution ! »

  • Et qu’est ce qui vous fait le plus vibrer dans votre métier ?

« La vendange, on voit le résultat de l’année même plus que ça !On peut vibrer en dégustant un vin à nous ou à un copain mais souvent on sait déjà que ça va être bon ! – ou pas » il rigole « mais la vendange c’est là où l’on sait si un millésime est réussi ou pas ! On sait si on a fait une erreur, si on a vendangé trop tôt ou trop tard, on sait si on a été bon ou pas ! Il va falloir assumer ce que l’on a fait ou ce que la nature nous a aidé à faire ou pas, c’est le résultat d’une année de travail, on est plein d’adrénaline ! »

  • Comment décriveriez vous le style de vos champagnes ?

« Nos champagnes c’est l’expression de Chouilly à notre manière grâce à l’inox.

On privilégie une très haute maturité des raisins et ça se ressent dans les vins qui sont assez solaires avec du fruit tout en ayant la tension et la minéralité de Chouilly.

Ce qu’on recherche c’est faire des vins à la fois murs et tendus, un parfait équilibre.

En vinif, depuis pas mal d’années, le but est d’en faire le moins possible, pas dans la lignée des vins natures mais on sait comment on veut faire notre vin et on s’interdit certaines actions.»

  • Au niveau commercialisation, quels sont vos principaux canaux de vente ?

« Ça a beaucoup changé chez nous depuis 5-6 ans, avant la vente était beaucoup à la propriété et on envoyait chez des particulier en France.

Depuis 10 ans je veux mettre un gros accent sur l’export et aujourd’hui cela représente 50% de nos ventes, principalement en Italie, aux Etats-Unis et en Suède.

A la propriété on a encore pas mal de monde, je dirais que ça représente environ 25% de nos ventes. On cherche aujoud’hui a développer aussi notre clientèle au niveau des cavistes et des CHR (cafés, hotels, restaurants). »

  • Quelle est votre cuvée préférée parmi les champagnes de votre production et pourquoi ?
82/13 disponible en boutique

« Alors, c’est difficile à dire, je ne dirais pas préférée mais qui me tient à cœur parce que ça représente l’historique de la maison : c’est la cuvée 82/13. C’est un assemblage de tous les millésimes depuis 1982 donc ça me touche à plusieurs niveaux !

Déjà parce que le principe de la réserve perpétuelle c’est en théorie basique mais on arrive à avoir un résultat magique. Aussi on a commencé tard à la champagniser, c’est vraiment la cuvée qui était là sans qu’on la voit ! C’est mon père qui a eu l’idée de mettre en place cette réserve perpétuelle donc ça représente Vazart-Coquart dans sa globalité !

Le petit bémol c’est qu’elle ne sera jamais bio, pour ça il faudrait que je recommence une réserve cette année ! » il rigole.

  • Pour finir, Un conseil pour un accord met-champagne réconfortant pendant le confinement ?

Sans hésiter, le Foie Gras avec notre cuvée « Spéciale Gourmet » c’est un champagne sec dosé à 30g qu’a créé mon père dans les années 80. Avant ça s’appelait « Cuvée Spéciale foie gras » mais elle peut se marier avec d’autres très beaux mets donc il y a quelques mois on a changé son nom. Vous devriez la gouter je crois que vous ne l’avez pas à la cave !

Retrouvez-vous la sélection Vazart-Coquart ICI